Inviter Salon 1997 à sa table de fête (Le Blog des Champagnes Salon et Delamotte)

Champagne Salon Champagne Delamotte Le Mesnil sur Oger vin terroir France

Le blog Salon Delamotte

« Recette pour accompagner Delamotte 1996 | Accueil | Raffles Christmas brunch with Delamotte Brut »

Inviter Salon 1997 à sa table de fête

A l'approche des repas de fêtes, vous avez été nombreux à nous demander comment servir le millésime actuel de Champagne Salon, 1997. Voici quelques conseils pour la dégustation et quelques exemples d'accords culinaires.

La température de service idéale de ce vin tourne autour de 13°C, le froid "glace" le vin et atrophie les arômes, boire ce champagne à peine frais, c'est lui laisser décupler la puissance aromatique de son bouquet. 13°C, c'est la température d'une bonne cave, s'il est besoin de le rafraîchir, on préfèrera le seau à glace.

Il n'est pas nécessaire d'ouvrir la bouteille trop longtemps avant la dégustation, mieux vaut le laisser s'aérer dans le verre entre 5 à 10 minutes ; on profitera pendant ce temps d'admirer sa robe or pâle aux reflets verts, sa bulle vive et fine.

Il n'est pas d'habitude champenoise de carafer nos vins et Salon ne déroge pas à la règle ; la bulle souffre du carafage et l'on préfèrera une aération plus longue dans le verre, dans le cas d'un vin "fermé".

Le vrre reste l'élément capital d'une belle dégustation, en particulier la forme et l'épaisseur du récipient. La forme du verre doit permettre au vin de libérer ses arômes tout en les conservant dans le verre. On choisira donc un verre dont la base s'élargit doucement pour accueillir le vin sur un diamètre assez large et qui se referme aussi doucement pour concentrer les arômes à l'intérieur. Le verre Salon est ainsi conçu : base de 4cm, corps de 7cm  et ouverture de 5cm. Le verre à vin blanc reste plus proche de cet idéal que la coupe à champagne (trop évasée et ouverte) ou la flûte d'où les arômes ne sont pas libérés.

A quel moment le servir ?

Ce choix reste totalement personnel mais voici de quoi orienter votre décision en cas de doute : l'apéritif reste un moment privilégié pour la dégustation, les papilles sont encore vierges et on appréciera d'autant mieux toutes les subtilités du vin. A mesure que le vin s'ouvrira dans le verre, on en découvrira encore d'autres et on ne se lassera pas de ce concert d'arômes. Mais après cette dégustation qui est une expérience en soi, la curiosité ne vous pousserait-elle pas à en savoir encore davantage ?  

Le Champagne Salon 1997 n'est pas un "vin de soif", il se conçoit davantage comme un vin d'esprit. Avec sa finale chaude et longue, il se passe plusieurs minutes avant que le vin ne s'échappe vraiment en bouche, un second verre serait donc l'occasion de poursuivre la dégustation en une expérience culinaire.

Salon 1997 est encore dans sa jeunesse et les accords les plus réussis seront encore les plus simples. Simplicité et noblesse des produits, ce sont les mots d'ordre. On recherchera la fraîcheur des plus beaux fruits de mer, à la texture soyeuse du vin on accomodera facilement un carpaccio de St Jacques à l'huile d'olive qui viendra équilibrer l'acidité du vin. Un caviar d'Aquitaine se posera simplement  sur la note saline en fin de bouche ou encore un homard aux légumes croquants sur un trait de vinaigre balsamique. Le homard poché laisse le vin exprimer pleinement la pureté du millésime, le moelleux du crustacé fait écho au soyeux du vin, comme une caresse.

Autres accords pour Salon 1997 :

Une cassolette de StJacques grillées sur un risotto au citron confit

Une tarte tatin

Une salade de pamplemousses roses à la gelée d' Agar Agar (voir bulletin n°389 des WD de F. Audouze)

Voir aussi la rubrique "Les gourmands ont la parole" pour d'autres idées, cette liste n'est pas exhaustive.

Belle dégustation et joyeux Noël !

---------------------------------------------------------

Une autre proposition, testée le 31 décembre par François Audouze (voir Les Carnets de F. Audouze, Réveillon du 31 avec Champagnes et deux Pétrus)

"(...) sur les coups de 18 heures, c'est ma femme qui donne le coup d'envoi : "il faut goûter le foie gras" dit-elle. Jean Philippe préparant une sauce aux huîtres en a trois de trop (c'est ce qu'il dit), aussi j'ouvre un champagne Salon magnum 1997. Sur l'huître à l'iode explosif, le Salon est un flash de bonheur. Il est iode lui-même. C'est un rare moment d'émotion. Le foie gras en lobe cuit à basse température est absolument délicieux. Et le Salon change de facette. Il devient doux, floral et fleurs blanches, marqué par un intense citron vert. Le mot qui me vient en goûtant ce Salon, c'est charmant. Les Salon sont des champagnes forts, virils, vineux. Celui-ci est délicat, d'où cet épithète de "charmant". Il est d'un plaisir immense, multiplié par le fait que ce petit "casse-croûte" est impromptu." 

Vous hésitez encore à servir Salon à table ? ...                           

 


Poster un commentaire

(Si vous n'avez pas encore écrit de commentaire ici, vous devez être approuvé par le propriétaire du site avant que votre commentaire n'apparaisse. En attendant, il n'apparaîtra pas sur le site. Merci de patienter).

Archives


flux rss

  • flux rss

a propos

Géré et animé par les équipes des Maisons Salon et Delamotte, ce blog est pour vous l'opportunité d'une relation directe. Alors n'hésitez pas à nous faire partager vos commentaires, vos expériences de dégustation de Salon et de Delamotte.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération